Le Centre Bana Ya Poveda à Kinshasa continue de franchir des étapes importantes dans l'intégration des enfants et des jeunes de la rue, accueillis pour recevoir une formation et s'ouvrir à un avenir meilleur.

La vie quotidienne du Centre est remplie d'activités et beaucoup d'entre elles impliquent des jeux et du sport, comme le football ou le basket, qui créent des liens et encouragent la vie ensemble. Il y a un petit groupe qui pratique le karaté, ce qui leur apprend les règles, la discipline, l'engagement, l'auto-évaluation...

saludo

La salle d'informatique, ouverte aux autres jeunes du quartier, continue d'être un pôle d'attraction. Il existe d'autres activités, comme la célébration de la journée internationale des enfants des rues, avec la sensibilisation aux droits de l'enfant, vécue en avril, en lien avec d'autres Centres.

Comme activité culturelle, en plus du dessin et de la peinture, ils ont visité le Musée national de la RD Congo dans le centre de Kinshasa. Les enfants et les jeunes ont pris une part active à la visite, écoutant attentivement le guide du musée.

Voir les fruits

Certaines activités ont l'avantage de pouvoir produire quelque chose de tangible et dans certains cas de commercialisable, comme l'atelier maroquinerie, supervisé par un ancien du projet, qui attire les jeunes femmes du quartier, très satisfaites des produits et qui en font la promotion.

Il y a aussi des profits à faire avec l'élevage de canards et le potager. Un enfant responsable de la commission environnement du Centre a lancé un atelier d'horticulture. Les nombreux enfants qui collaborent au potager et prennent soin des légumes, font qu’ils vont pouvoir en manger toute la semaine au lieu de quatre jours sur sept.

44Collage

En outre, un groupe de jeunes a commencé à vivre dans deux maisons louées en ville afin de mener une vie plus autonome, même s'ils continuent à être accompagnés par le Centre. Ces jeunes ont terminé leurs études professionnelles, deux en menuiserie, deux en soudure et un en réparation de motos.

2CollageGuérir les traumatismes

Par ailleurs, un de nos collègues éducateurs a participé à un séminaire de formation organisé par MISEREOR à l’Est du pays. Il s’agit principalement d’exercices pratiques sur la connaissance de son corps et la guérison des traumatismes. Depuis qu’il est revenu, nous tous, enfants, jeunes et éducateurs du Centre Bana Ya Poveda, sommes en train de nous initier à ces techniques et en ressentons déjà les effets positifs.

Le Centre Bana Ya Poveda à Kinshasa travaille avec les enfants et les jeunes de la rue pour leur offrir une formation scolaire et professionnelle en vue de leur réinsertion familiale et sociale.

Régulièrement, les membres de l'équipe du Centre, Sylvie Kabedi, Bruno Malala et Jacinthe Nkongolo Mbiya, informent sur ce projet que les membres de l'Institution Thérésienne en RD du Congo ont initié et continuent de développer grâce aux contributions financières de diverses ONG.

IT Info.
Équipe du traducteurs de l'IT
.

 

 

Publié en Nouvelles clicdedito